Genève # Intro

- voyages - Aucun commentaire

À Genève (lire "Jnève"), on se sent un peu comme à la maison, un léger dépaysement en plus : c’est la Suisse, les gens sont courtois - les voitures te laissent passer dès que tu abordes un passage piéton sans feu, les panneaux aux cafés disent "à l'emporter" au lieu de "à emporter", il y a des horloges partout, les noms des rues sont rigolos et on paye en francs (suisses évidemment) !


Irrésisitble, non ?


Tout le monde a l’air de se promener avec des liasses de billets haha, donc on fait comme les locaux même si un CHF est à peu près équivalent à 1 euro et que la vie est relativement chère. Bref ! Outre ces considérations pécuniaires, voici un bref résumé de notre séjour et les choses selon nous a ne pas rater (outre les panneaux de signalisation amusants et LA RUE DE CHANTEPOULET), ceci en trois billets thématiques et déséquilibrés : les endroits où se réfugier en cas de pluie / les endroits où se promener par temps clément / les bons plans gastronomiques.

Pour finir cette introduction, voici quelques pistes pour un prochain séjour en terre genevoise car quelques jours, c'est bien trop court pour faire le tour (quelle poétesse) d'un si bel et riche endroit : visiter le CERN, le musée de la Croix rouge, découvrir Carouge, grimper au mont Salève et admirer la vue, voir l'Horloge fleurie, prendre un bateau jusqu'à Lausanne, se laisser surprendre par la Collection de l'art brut... Et j'en oublie certainement. A bientôt, Genève !

#01 Cambrai - Compiègne

- voyages - 3 commentaires

Suite à des problèmes sanito-logistiques, nous avons dû apporter quelques modifications à notre plan initial (mais aucun vrai voyage ne se déroule vraiment selon le plan de départ, c'est bien connu).

C'est donc le weekend dernier, le 13 et 14 mai, que nous avons effectué notre premier weekend d'entrainement et par la même occasion le tout début de notre fabuleux voyage. Bon, on a un peu démarré à l'envers mais c'était pour le mieux :D

Petit retour donc sur notre trajet Compiègne > Saint-Quentin > Cambrai.


Les héroïnes et leurs destriers

D'abord, de gros chiffres pour parader :
- samedi, nous avons rallié Saint-Quentin depuis la gare de Compiègne en 6h30, parcourant exactement 75,38 km ;
- dimanche, nous avons rallié la gare de Cambrai depuis Saint-Quentin en 5h15, parcourant 55,82 km.
Ajoutons à ce kilométrage l'aller-retour de nos chez-nous à la gare de Paris gare du Nord (5,52 km *2) et nous obtenons un total de 142,24 km !

Les voyages en train se sont bien passés, même si à l'aller on a dû jouer de diplomatie à cause de deux autres passagers-cyclistes un peu énervés. Mais on a bien discuté avec un type de notre compartiment qui s'intéresse à ce type de voyage, c'était sympa.

Pour ce qui est de la route vélotée proprement dite, dans le détail ça s'est traduit par quelques petites erreurs d'itinéraire (c'est là qu'il faut traverser la canal ? ce chemin, jusqu'où est-il praticable ? faut-il croire Google Maps ou faire confiance à ces cyclotouristes disant que c'était possible ?) et quelques douleurs musculaires bien sûr (y compris aux épaules pour moi à cause d'un guidon mal réglé) MAIS surtout par un grand bol d'air frais et de calme et de superbes paysages traversés - de l'eau claire du canal près de Noyon à l'herbe douce entre Banteux et Rue-des-Vignes en passant par les champs de colza qui collinent les horizons (et les moulins-éoliennes) et les hérons s'envolant gracieusement à notre arrivée sans oublier les mignons petits villages... CŒUR CŒUR !


samedi


dimanche

Il y a avait si peu de monde le long de canaux ! Et même entre les villages, quand nous avons dû emprunter les départementales. Paris nous a semblé bien désagréable après toute cette quiétude. Sans oublier que la météo était globalement de notre côté, beaucoup de soleil (trop...) samedi et un peu de pluie dimanche mais rien d'insurmontable. Et ça nous a permis de tester notre équipement en cas d'averse ! Nous avons également pu tester les amortisseurs et le caractère tout-chemin de nos vélos car les chemins de halage ou de contre-halage étaient parfois... oubliés de la société en charge de leur entretien haha. Mais nous nous en sommes bien sorties et nous sommes même en photo (en tout petit) dans un article du Courrier Picard (gloire !)

En parlant de photos... En voici en voilà !

samedi


dimanche



Débrief - les choses à retenir pour le prochain entrainement :
- il est important de se badigeonner de crème solaire, même si on est au nord de la Seine et qu'il y a des nuages ;
- il est important de penser à prendre un sac poubelle car les poubelles ne courent pas les routes entre les villages (mais on aurait dû s'en souvenir) ;
- il est primordial de préparer soigneusement son itinéraire avant de partir et surtout, le dénivelé (wink wink la région de Saint-Quentin) ;
- il est important de bien s'étirer et de boire beaucoup d'eau !! Pour la nourriture Zen avait géré comme une chef en nous préparant des en-cas, un sac de noix/amandes/chocolat, des fruits et un repas de midi bio et végétarien ! Hourra o/

Autre chose : c'est pas évident d'illustrer un trajet en vélo parce que prendre des photos implique de s'arrêter. Quand on attaque des montées ou des descentes, c'est pas trop le moment ! Du coup nous n'avons que des photos des trajets autour des canaux 8-) Mais on va réfléchir à installer un petit portant pour la fausse goPro de Zen, on aura qu'à cliquer sur le petit bouton et hop ! Même pas besoin de descendre du véhicule.

Enfin, je profite de cet espace pour adresser un grand merci à Marie, Claire et Fabien (et leur Biafine) qui nous ont accueillies comme des reines à Saint-Quentin pour notre étape (on a même pu regarder l'Eurovision ! wouhou !) et à mes parents qui nous avaient préparé des muffins pour notre arrivée à Cambrai :-) Trop chou !!

Et maintenant ?

Et maintenant, on prépare notre deuxième weekend d'entrainement le 27 et 28 mai où on projette de rallier Tonnerre depuis Fontainebleau, en faisant étape à Sens ! #StayTuned

#00 Roulez jeunesse [J-59]

- voyages - Aucun commentaire

(J-59 ! ce n'est pas un hasard !)

Si vous avez déjà eu la chance d'être mon voisin de tablée dans un bar, au bout de quelque bières (voire avant) vous m'aurez sans doute entendu beugler "bah moi pour mes trente ans, j'rejoins Venise à vélow !". Et de vous expliquer comment ça se fait et comment on essaye d'organiser ça et comment c'est un peu fait à la dernière minute quand même jusqu'à ce que vous trouviez une excuse pour vous échapper de ma logorrhée.

Mais ici, pas moyen de vous y soustraire twisted (oui, j'aime les smileys rétro)

Dis Zach, pourquoi tu fais ça

En effet, puisque nous ne sommes pas dans un bar, je vais permettre de me répéter. D'abord, comment ça se fait qu'une idée pareille se concrétise, je vous le demande ?

  1. Parce que les défis c'est la vie
  2. Parce que quand on a 10 ans on pas le permis
  3. Parce que l'amitié c'est super joli ~ <3 <3
Bon en vrai voilà, avec ma meilleure amie Zenaïs on se connait depuis trèèèès longtemps et à nos dix ans on a rédigé un magnifique pacte d'amitié (je vous retrouve bientôt le scan) dans lequel nous nous sommes promis de rejoindre Venise à vélo depuis Cambrai, la ville du Nord où nous avons grandi. Venise parce que j'avais déjà eu la chance de visiter la ville et que je voulais la faire découvrir à Claire. A vélo parce que c'était le seul moyen de locomotion qui nous était disponible. Nous nous souvenons nous avoir dit qu'on ferait ça à 20 ans parce qu'on serait adultes responsables et pas encore trop vieilles mais en fait à 20 ans on a pas vraiment pu du coup ce sera pour nos 30 et puis voilà on fera comme si c'était pareil ! (sauf qu'on fera pas les Alpes hihihi)

Dis Zach, tu passes par où

EH OUI ON VA SALEMENT TRICHER SUR L’ITINÉRAIRE ! Mais c'est pour mieux en profiter 8-) En effet, voici un découpage grossier de notre parcours dont vous remarquerez quelques incohérences de dates :

  1. Cambrai > Compiègne : le weekend du 13-14 mai
  2. Esquive prudente du Gros Paris
  3. Fontainebleau > Tonnerre : le weekend du 22-23 avril
  4. Tonnerre > Cluny : du 10 au 12 juin
  5. Cluny > Lyon : du 14 au 15 juin
  6. Esquive prudente des Alpes
  7. Turin > Pieve Porto Morone : du 18 au 20 juin
  8. Pieve Porto Morone > Casalmaggiore : du 22 au 23 juin
  9. Casalmaggiore > Venise : du 25 au 27 juin

En gros on va essayer de faire ~70km par jour / 5h max avec des pauses de temps en temps.

Ce qui en cartes donne environ 1120 km roulés, découpés comme suit :

  • Cambrai > Compiègne : 120 km
  • Fontainebleau > Tonnerre : 130 km
  • Tonnerre > Cluny : 210 km
  • Cluny > Lyon : 100 km
  • Turin > Pieve Porto Morone : 205 km
  • Pieve Porto Morone > Casalmaggiore : 135 km
  • Casalmaggiore > Venise : 220 km

Dis Zach, ils ressemblent à quoi vos vélos

Eh bien Claire vient de s'en faire offrir un superbe, tout rouge ! Reste plus qu'à l'équiper o/ De mon côté une amie dans un superbe élan d'inconsciente gentillesse me prête son vélo de cyclotourisme ainsi que les sacoches 8-O. On va partir avec une tente, un peu de matos pour cuisiner, un peu de matos pour réparer, un peu de connectique où on aura mis des cartes, un appareil photo, deux trois vêtements, des fruits secs et de l'eau ! YAY. Bon y'a des problématiques de transport de vélo dans le train entre Lyon et Turin (on doit le démonter et le transporter en sacoches) puis dans l'avion du retour. Mais on va trouver une solution o/ On est aussi en pénurie de campings municipaux en Italie le long du Pô, c'est pas trop leur truc. Donc on abandonnera peut-être la tente pour du AirBnB, à voir.

Bref, je pense que je vais m'arrêter là pour aujourd'hui. En tout cas le premier weekend d'entrainement est pour tout bientôt donc ça nous permettra de tester un peu nos idées ! Pensez bien que l'on vous tiendra au courant :D

Amitiés !

Lectures - bilan 2016

- lectures - Aucun commentaire

Janvier, l'heure des bilans !

Une éternité que je n'ai pas écrit dans cette rubrique mais c'est normal, maintenant je poste mes critiques sur le site merveilleux de SensCritique.

Bref, en ce qui concerne les livres je suis contente d'avoir retrouvé un rythme plus soutenu qu'en 2015. La liste complète de mes lectures se trouve bien sûr sur SensCritique, ici pour les bouquins et pour les BD.

On en retiendra d'abord une prédominance du numérique (65%) et pas mal de relectures de livres (15%). Le numérique pour sa facilité de transport bien sûr, mais aussi pour la possibilité de lire dans le noir (bien que la Bookeen que j'emprunte émette une lumière particulièrement vive, même au plus bas niveau). Les relectures parce que j'aime toujours replonger dans ces bouquins que j'ai découvert il y a quelques années et dont le souvenir reste flou. C'est étrange d'en ressortir avec exactement la même appréciation, mais cette fois beaucoup plus précise, puisque fraiche. Un exercice intéressant que je recommande chaudement. Surtout pour les livres que vous avez kiffés.

Mais vous n'êtes pas là pour m'entendre raconter des bêtises. Vous voulez mon top de l'année passée. Eh bien le voici !

Coups de cœur 2016

VOUS. DEVEZ. LES. LIRE.

Belles découvertes

Catégorie relecture

[it] excursion ligure # Cinque Terre

- voyages - Aucun commentaire

Dans ce dernier billet sur notre petite escapade en Ligurie, on vous propose une plongée dans les Cinque Terre... le clou du spectacle ? A vous d'en juger !

Parc national des Cinque Terre

Cinque Terre pour cinq villages, cinq gros bouquets de maisons aux couleurs éclatantes qui fleurissent entre mer et montagne, avec pour quatre d'entre eux un port (parfois minuscule) aux barques vives qui s'entassent au bord de l'eau, cinq villages pittoresques reliés entre eux par des sentiers de muletiers - et une ligne de train fort à propos. Une autoroute à touristes, aussi, plutôt vieux dans l’ensemble - je n'ai jamais vu autant de genouillères de ma vie (mais au moins je me fondais dans le paysage haha).

Mais commençons par le commencement. Équipées de notre carte des Cinque Terre, nous pouvons prendre le train autant que nous voulons (il en passe beaucoup !) ainsi que les chemins de randonnée. Ci-dessous, quelques mots et photos sur nos différentes découvertes :

Monterosso

Une belle surprise ! Monterosso est certes le plus gros des cinq villages mais il est coupé en deux par un bras rocheux, réduisant cette perception. Quand on descend du train on arrive directement sur la plage le long de laquelle d'innombrables boutiques de souvenirs et de restaurants s'alignent, rivalisant de produits "authentiques" et faisant plus faux les uns que les autres. On fera semblant de ne pas les voir, eux et le brouhaha qui s'en échappe, et on se contentera de longer la piste piétonne jusqu'au tunnel pour accéder à l'autre côté de la ville - on profitera quand même d'être un peu en hauteur pour rester quelques temps à observer les gens escaladant ce très gros rocher à fleur de rivage - et d'être près de l'eau pour tremper nos pieds remplis de kilomètres.

Un fois que l'on débouche de l'autre côté, on observe un port sur notre droite, avec une plage de cailloux, et à notre gauche ce qui semble être le centre de la ville, derrière des arcades au-dessus desquelles les trains circulent.


Monterosso vu de la jetée

Autour de la place centrale, on trouve bien entendu une église à l'architecture ligure, mais aussi des rues commerçantes qui s'échappent puis, dès que l'étroitesse ou le caractère escarpé s'imposent, les boutiques laissent place à des habitations et les chemins de pierre finissent par conduire l'arpenteur curieux aux diverses exploitations.

Se sentant d'humeur randonneuse, nous décidons de nous attaquer à la montée conduisant au sanctuaire de la Madonna di Soviore, là-haut, à 7 km. Eh bien, ça grimpe dur !! Nous n'arriverons pas à atteindre notre objectif, faute de souffle et d'énergie, mais apprécions malgré tout cette ascension au vert, au calme - enfin, c'était sans compter les moustiques qui nous ont copieusement dévorées. Quelques photos :

Vernazza

L'artère principale de Vernazza charrie un torrent continu de touristes, qui s'écoule jusqu'au port s'il descend du train, ou qui monte vers les boutiques s'il débarque depuis la mer. Dire qu'en octobre 2011, c'était de la boue qui dévalait les rues ! Les travaux sont impressionnants : on a bien du mal à croire qu'une catastrophe a pu avoir lieu dans un lieu aussi adorable et bien entretenu.

On se laisse volontairement promener à droite à gauche, emprunter des rues ombragées qui grimpent dans les hauteurs et par hasard on finit par arriver à de chouettes points de vue sur le port, par exemple depuis la tour de Belforte.

Vernazza - Corniglia

L'idéal, quand on aime un peu marcher, est d'aller pratiquer les chemins de randonnées pour aller d'un village à l'autre. Cependant, les intempéries peuvent empêcher un si beau projet et vous devrez alors vous contenter des sentiers que les éboulements auront épargnés. En octobre 2016, peu de routes étaient ouvertes et finalement nous n'avons pu faire que Vernazza - Corniglia. Nous n'étions clairement pas seules à battre les cailloux, tantôt sous un soleil cuisant tantôt à l'ombre des oliviers, mais c'est quand même une promenade assez extraordinaire. Ce dialogue entre les masses ! Le ciel au-dessus de toi, vide de tout nuage, la mer à ta droite, dont on devine la respiration énorme et qui en clapotant ne se lasse d'éroder cette montagne à ta gauche, montagne claire où la végétation prolifère et par endroits transformée des mains de l'homme en lignes de cultures - de vignes essentiellement. Bref, c'est dans des moments comme ça où on est un peu subjugué par la beauté de ce qui nous entoure.

Corniglia

Minuscule cité perchée au-dessus des flots, Corniglia est le seul village à ne pas avoir d'accès à la mer, c'est aussi le plus petit. Si l'on vient en train, il faudra gravir une belle quantité de marches avant de pouvoir s'y reposer. Mais dans les rues serrées les touristes se massent, alors on va voir par ici, par là, on se laisse happer par les rues moins fréquentées, on esquive les places bondées, quitte à finir au milieu des vignes. On finit malgré tout par rejoindre cet espèce de promontoire au-dessus des flots d'où l'on peut voir les autres villages.


Corniglia depuis la mer

En attendant le train, on cuit. Pas d'ombre. Et un soleil de plomb.

Manarola

Comme les autres villages, Manarola est toute pleine de couleurs, de touristes, de bateaux qui sèchent et de dédales de rues. Mais c'est très petit. Je crois que c'est là où nous avons vu des tas de gens s'amuser à sauter dans une piscine naturelle, pendant qu'on appréciait nos collations. Y'en a qui n'ont pas froid aux yeux.


Manarola depuis la mer

Nous aurions dû rallier Riomaggiore depuis Manarola le long de la Via dell'Amore (uhuh), un sentier à flanc de roche praticable par tout à chacun. Malheureusement, le chemin était fermé et nous avons dû nous contenter d'une glace (la vie est quand même parfois ingrate).

Riomaggiore

Prisée de speziotes (?), Riomaggiore n'en reste pas moins tout à fait charmante. Suffisamment grande pour répartir ses touristes, elle garde des trésors à qui veut bien les chercher - et transpirer un peu pour arriver jusque là-haut. Un village où on ne sent pas à l'étroit quand on veut un peu d'air et de calme ; un village où ne se sent pas isolé quand on cherche à partager une glace près du port, côtoyant la foule aux langues multiples. Chouette escale.


Riomaggiore depuis la mer


Notre ami le train régional !

Bonus : Levanto

Pour finir et après j'arrête de vous embêter, deux-trois mots sur Levanto. Levanto ne fait pas partie des Cinque Terre à proprement parler mais c'est une très chouette ville dans laquelle on peut s'arrêter, soit pour y flâner le long de ses vieilles rues, elles aussi bordées de maisons colorées, soit pour y commencer le sentier allant jusqu'à Monterosso (il est réputé difficile, on n'en a fait que le début), soit pour aller se baigner ou lambiner sur la plage, soit parce que vous n'avez pas de raison particulière mais que vous avez envie d'avoir un avant-gout des villages des Cinque Terre ou de finir d'enrober votre mélancolie de fin de voyage d'une transition élégante. Bref : c'est un joli détour, si vous avez l'occasion. Et comme ce sera le mot de la fin, je vous dit ciao !


Levanto depuis le chemin vers Monterosso

Fil RSS des articles